La mission du château de Vimont – in Sud-Ouest, 18 octobre 2013

L’établissement et service d’aide par le travail Magdeleine-de Vimont invite le public à découvrir ses vins, produits par des ouvriers handicapés.

La mission du château de Vimont
Les ouvriers de l’Esat s’affairent pour les vendanges, encadrés par des moniteurs. © Photo

Photos S. N.

 

Les ouvriers s’activent dans les vignes ce matin-là. La semaine du 1er octobre est consacrée aux vendanges des raisins rouges de l’Établissement et services d’aide par le travail (Esat) Magdeleine-de Vimont de Castres-Gironde, dépendant de l’association Les Ateliers de Saint-Joseph.La récolte se fait à la main. Le travail est réparti sur deux groupes. Dans le premier, les salariés protégés s’accroupissent dans les allées avant de déposer les grappes dans une hotte accrochée au dos d’un de leurs collègues du second groupe qui se rend ensuite la déverser dans un tracteur. L’organisation est la même que sur une exploitation normale. À ceci près que les ouvriers sont des personnes souffrant d’un handicap mental, psychique ou de déficience intellectuelle.« L’Esat a pour objectif de les aider à l’insertion professionnelle et sociale, souligne Anne-Marie Priegnitz, directrice adjointe de l’Esat Magdeleine-de Vimont. Les ouvriers travaillent sur les vignes du château Vimont que nous avons acquis en 2009. » Ainsi, par le travail, ces personnes handicapées bénéficient d’un encadrement à la fois éducatif, à travers lequel ils apprennent le métier de viticulteur, et d’un encadrement pédagogique. « Nous aidons ces personnes à s’insérer dans la société par le biais du travail, insiste Anne-Marie Priegnitz. Leur séjour à l’Esat peut n’être qu’un passage dans leur vie, puisqu’à l’issue de leur formation, ils peuvent travailler à la vigne et être embauchés ailleurs s’ils le souhaitent. »

Entre les vignes, Christophe Jussier, chef de l’atelier vigne, et six moniteurs écoutent et conseillent les ouvriers qui arpentent les pieds à la recherche des précieuses grappes. « Les salariés exploitent 10 hectares de graves rouges aux cépages merlot et cabernet sauvignon. Les 4 derniers hectares sont consacrés aux graves blancs dont les cépages sont le sémillon et le sauvignon, précise Christophe Jussier. Parmi les ouvriers, certains travaillent la vigne depuis plus de vingt ans. »

Pour les autres, jeunes ou moins jeunes, les moniteurs de l’Esat enseignent toutes les procédures de la récolte de la vigne, de la taille à la tombée des bois en passant par les vendanges.

Un vin aussi bon qu’ailleurs

Les vins de Graves, produits par les salariés de l’Esat, présentent la même qualité qu’un autre vin. « Les portes ouvertes vont nous permettre de présenter le travail qui est fait ici, ainsi que le vin, indique la directrice adjointe de l’établissement. Nous souhaitons montrer au public que le vin produit ici, par les ouvriers de l’Esat, peut être aussi bon que sur une autre exploitation. »

Le château de Vimont a d’ailleurs été primé plusieurs fois. Il a notamment reçu la médaille d’argent du Concours de Bordeaux en 2010 pour le blanc et en 2012 pour le rouge.

Samedi et dimanche, le public pourra visiter les chais du château de Vimont, identiques à ceux d’une autre exploitation. « Il rencontrera aussi l’encadrement de l’Esat ainsi que quelques ouvriers volontaires pour présenter leur métier. »

Les visiteurs pourront aussi découvrir l’autre production de l’Esat Magdeleine-de Vimont : ses confitures faites à l’ancienne.

 

Sophie Noachovitch – langon@sudouest.fr

Voir en ligne sur le site de Sud Ouest…

PrintFacebookTwitterGoogle+LinkedInViadeoPinterestOutlook.comGoogle GmailEmail