Discours de fin d’année de Mr Louis-Jean FRAHIER Président de l’association

Chers Amis,

Les fêtes de fin d’année sont pour chacun l’occasion de se souvenir de ce qui a marqué l’année qui s’achève, que ce soit heureux ou non, et aussi de tourner son attention vers celle qui va commencer.

Pour vous et vos établissements, elle fut marquée par bien des épreuves, en particulier de santé, mais aussi par une activité médico-sociale et économique soutenue, avec des résultats encourageants. Soyez en tous félicités et que cet élan se poursuive avec l’engagement de tous pour une réussite collective.

Pour le Conseil d’administration de l’association « les Ateliers Saint Joseph », au nom duquel je prends la parole aujourd’hui, ce moment est très particulier : c’est en effet la dernière fois que je m’adresse à vous en pareille circonstance. Vous le savez tous, l’année 2015 a été marquée par une double décision : d’abord celle de poursuivre la route en s’adossant à une institution plus importante, puis en choisissant de le faire avec l’Institut Don Bosco.

Je vous ai déjà expliqué que cette décision était le fruit d’une longue réflexion sur l’évolution du système médicosocial dans lequel nous vivons. Rien ne nous obligeait à faire ce choix ; seule nous a guidés la volonté de mettre les établissements et services dans les meilleures conditions managériales pour réaliser le projet associatif. En effet les contraintes réglementaires, financières et économiques ne cessent de s’accroître sans que soient fournis les moyens d’y faire face. Nous sommes devenus trop grands pour ne pas avoir recours à des supports techniques complémentaires ; nous sommes trop petits pour en assurer la charge financière.

Il a toujours été au cœur des préoccupations du conseil d’administration de fournir les moyens et de veiller à la mise en œuvre de la meilleure réponse possible aux besoins des personnes qui sont confiées aux établissements et services dans l’esprit du projet associatif : permettre à chacun de s’épanouir autant que faire se peut, sous tous les aspects de la vie humaine. Aujourd’hui, on parle souvent de « citoyenneté ». Ce n’est pas notre vocabulaire associatif, mais c’est bien de cela qu’il s’agit.

Depuis sa fondation par les sœurs de Magdeleine de Vimont, l’attention a été portée à des personnes adultes à qui il faut permettre de trouver une place dans notre société, quelles que soient les difficultés de chacun. C’est pourquoi une place particulière a été accordée à la promotion par le travail, d’abord en ayant un vrai travail, même si c’est un travail adapté, ce qui est toujours difficile dans un monde économique qui recherche en priorité la rentabilité financière ; ensuite en permettant l’acquisition de compétences, de savoir faire qui puissent être reconnus dans d’autres entreprises, jusque et y compris par l’obtention de diplômes publics. En même temps, et avec la même application, l’association a toujours mis en place des dispositifs pour accompagner, en tant que de besoin, les personnes en dehors du travail, dans leur vie sociale. Si on peut constater une certaine continuité entre les CAT et les ESAT, il y a eu beaucoup plus de créativité dans l’accompagnement social, avec des expériences successives qui ont abouti au renouvellement récent du SAVS et du SAVS renforcé. Malheureusement plusieurs de nos projets dans ce domaine n’ont pas abouti, comme vous le savez.

En choisissant comme partenaire l’Institut Don Bosco, le conseil d’administration a clairement choisi de privilégier la qualité du projet associatif, et de la dimension éducative de ce projet, sur toutes autres considérations. Il conçoit cette fusion-absorption comme un « mariage » dans lequel vous pourrez poursuivre votre mission dans le souci constant d’une amélioration de la contribution de chacun. Cela veut dire, entre autre, que

  • la place des personnes est au cœur du dispositif, à travers les outils techniques, comme les projets personnalisés, et à travers les attitudes professionnelles de tous.
  • Le SAVS est désormais élargi à des personnes qui ne sont pas présentes en ESAT … cet élargissement est appelé à s’approfondir encore dans le cadre de la fusion pour répondre à cette dimension essentielle de l’insertion dans la vie sociale.
  • Le travail dans les ESAT a une double finalité médico-sociale et économique : l’activité de production s’inscrit dans le monde économique, avec ses contraintes propres, et dans le projet de fournir un cadre médico-social adapté. Il ne s’agit pas d’un centre occupationnel, et la demande des ouvriers d’avoir suffisamment de travail, dans un climat propice, le rappelle en permanence.
  • L’histoire a fait qu’une des caractéristiques de nos ESAT est leur capacité à développer des productions propres de grande qualité, reconnues par les partenaires économiques : vous continuerez à produire les meilleures confitures et le meilleur vin des graves. C’est un défi et un enjeu majeur pour prouver que, quelles que soient vos difficultés dans la vie, vous pouvez faire aussi bien, sinon mieux que tout un chacun !

Le conseil d’administration est tout à fait confiant dans cet avenir : d’abord il sait qu’il peut compter sur la contribution de chacun de vous qui est la raison d’être et le moteur de la réussite ; ensuite le dialogue constructif avec les dirigeants de l’Institut Don Bosco, commencé depuis plusieurs semaines, est fondamentalement positif. Tout cela est très encourageant. Il est convaincu que vous en apprécierez très vite les bienfaits, maintenant qu’il en assure la gestion quotidienne. Il vous laisse, dans ce nouveau cadre, le soin de préparer éventuellement des festivités pour le 50° anniversaire de la création de l’ESAT « Ateliers Saint Joseph » qui aura lieu en 2017. Il aurait été aussi celui de l’association.

En vous présentant, par ma voix, ses meilleurs vœux pour 2016 et pour un avenir bien plus long, le conseil d’administration ne s’efface pas pour autant de la vie associative : certes la décision de fusionner, c’est-à-dire de disparaître en tant que telle dans une autre, montre le désintéressement profond de tous mes collègues qui ont, depuis de longues années apporté leur concours, pour faire vivre « les ateliers Saint Joseph ». Aucun de nous ne l’a jamais fait pour en tirer je ne sais quel avantage personnel. Désormais nous nous inscrirons avec vous dans cette nouvelle histoire. Comme il est prévu avec l’Institut Don Bosco, tous les administrateurs sont invités à devenir membres de cette nouvelle association, et la plupart des administrateurs ont l’intention d’adhérer. De plus, deux d’entre eux deviendront membres du conseil d’administration de l’Institut Don Bosco. Ce choix n’est pas encore fait.

C’est donc avec reconnaissance et confiance que je souhaite à tous et à chacun, administrateurs, salariés et ouvriers de l’association une bonne fin d’année 2015, une belle année 2016, et beaucoup d’autres encore …  « ad multos annos » comme disait nos anciens.

 

Louis-Jean FRAHIER